Les workshops

Dans la lignée des réunions préparatoires, durant la durée de l’exposition, les artistes-membres de PointBarre se proposent d’organiser différents temps d’ateliers, mêlant réflexion, action, pratique et restitution, autour de la question de l’ « OUTIL » et du « GESTE » autravail.
Quels sont-ils ? Comment caractériser leurs différences et les ressemblances, entre le travail au bureau, en atelier, sur le terrain, et le travail de création artistique ? Comment les appréhender ?

Plusieurs métiers et champs professionnels vont être impliqués dans le processus, notamment :
Avec les travailleurs du privé, du public (Télécommunications, transports, poste, hôpitaux, aéronautique, etc).
Avec les lycées (Lycées professionnels, publics et privés).

Lors de ces workshops, les interactions entre les points de vue constitueront la base d’une méthode participative d’échange et de confection, à l’aune des savoirs-faires de chacun des participants.
Nous désirons proposer de réflechir ensemble sur ce qui définit le travail, le fait de travailler, aujourd’hui, pour les travailleurs de l’hopital comme pour les artistes de l’association.
Nous proposons des « Workshops » , c’est à dire des ateliers menés par un ou plusieurs artistes, pour une dizaine de participants, ayant pour objectif la réalisation d’une oeuvre collective (oeuvre dont l’artiste reste l’auteur mais à laquelle les participants apportent leur concours dans sa réalisation). Ces ateliers seraient liés aux rencontres de « Plan de montage » mais pourraient se déployer après l’événement, pour que nous puissions prendre le temps de la rencontre, du partage, de la documentation, de la réflexion, du faire, de l’échange encore, puis de la présentation.

Crédits : Amélie Boileux / PointBarre

Un espace de l’exposition pourra être spécifiquement réservé à cet usage, laissant la liberté d’exposer l’avancée des recherches communes.

Ces workshops agiront comme « des points relais », mêlant pratique et documentation du processus collectif en cours. Ils constitueront l’opportunité de ne pas laisser l’exposition à dans un état statique, figé, et de progresser dans la démarche de raisonnement sur les convergences autour de la question des instruments, des outils de ce que l’on nomme travail, ainsi que de ses gestuelles, ses mouvements. Il seront ainsi des vecteur de prolongement de la manifestation vers l’extérieur (territoire – monde du travail – champs de l’éducation professionnelle).

Cette démarche a pour objectif de situer Plan de Montage comme initiateur de pratiques à plus longs termes, d’échanges et de travaux entre les artistes et les travailleurs.