L’exposition

L’enjeu de l’exposition est de matérialiser le projet PointBarre en tant qu’espace de travail collectif.

À la place d’un simple accrochage d’œuvres alignées de façon académique, il s’agit d’une exposition qui se veut éclairante, créatrice de débat, de controverse, des échanges de points de vue, et qui cherche des réponses et des possibilités dans le but d’une construction d’opinion autour de la question de la place de l’artiste au sein de la société.

En parfaite collaboration avec les habitants du la Bourse du Travail, l’Union Départementale CGT de la Gironde, cette manifestation s’articulera de fait autour de trois formes de travaux :

* L’exposition au sein du hall de la Bourse du Travail.
* Les tables-rondes, au sein d’un espace réservé dans l’exposition.
* Les workshops, en amont, pendant et en aval de la manifestation en elle-même.

La scénographie de l’exposition est une donnée cruciale pour refléter l’articulation entre Sacs entreposés par les ouvriers pendant la rénovation de la façade - Péristyle de La Bourse du Travail (classée monument historique) - 2013 - ©Elise Morilhat.les différents artistes et les enjeux du projet PointBarre. C’est pourquoi nous avons imaginé une mise en espace qui investirait le hall de la Bourse du Travail, lieu emblématique de réflexion et vigilance du monde du travail, pour accueillir les projets de réflexion et d’action avec les œuvres des artistes-membres.

Nous voudrions utiliser des échafaudages comme support au déploiement des modules thématiques.

Cette installation nous permettra d’articuler plusieurs modules :

-espace de rencontres et débats ; -espace atelier ; -espace bureau ; -espaces de monstration d’œuvres et de projets ;

schema de rhizome

La structure globale serait articulée autour d’un module central : l’espace pour les rencontres, autour duquel viendraient se greffer les autres modules, plus petits, déployés à la façon d’un rhizome.

Les échafaudages font partie du matériel de la construction, du montage, de la rénovation et des métiers du « vrai travail » – de l’accroissement et du bâti des choses.  Ils portent aussi de fortes connotations en tant que processus et en tant que progrès.  Cet état progressif est essentiel à l’exposition Plan de Montage, qui ne montrera pas des « faits accomplis » mais ouvre un espace de rencontres et de débats, pour la construction de l’opinion et de l’esprit critique

Le bâtiment de la Bourse du Travail à Bordeaux a pendant longtemps été enveloppé par des échafaudages. Nous souhaitons prolonger cette structure vers l’intérieur, mais en l’utilisant d’une façon différente, non-linéaire, créant des espaces interconnectés. Ici on ne rénove pas la façade.

On expérimente la structure du travail même, par le biais de la scénographie, au sens métaphorique comme littéral.

Avec les artistes :
Amélie Boileux, artiste en pépinière – Guillaume Hillairet, artiste ‑ membre et président de PointBarre – Marta Jonville, artiste – membre et coordinatrice de Mécanismes Pour Une Entente – Tomas Matauko, artiste – membre et directeur artistique de Mécanismes Pour Une Entente – Elise Morilhat, artiste en pépinière – Alice Mulliez, artiste – membre et artiste Associée au CENT-QUATRE, Paris – Dominique Salmon, artiste – membre – Delphine Tambourindeguy, artiste – membre.

Crédits : Elisabeth Pichler / PointBarre